Ce que j’ai appris des autres |

bleeeeeeeeeeeeed

Que ce soit en amour ou en amitié, il y a de ces leçons que l’on tire tous au fur et à mesure que les années passent en ce qui concerne les relations qu’on entretient avec les autres. Il faut souvent du temps pour arriver à apprendre les règles du jeu de sorte à ne plus souffrir de ce qui peut être dit ou fait à notre encontre. Je n’ai pas les réponses à tout mais en vingt deux ans, je me sentais d’humeur à émettre un premier bilan… Pour faire part et laisser une trace de ce que j’ai appris jusqu’à aujourd’hui des autres, de ce que je veux toujours garder en tête et de ce que je veux partager à ceux qui en auraient besoin.

Ne jamais accepter les gens négatifs autour de soi : 

Bien trop souvent, on cautionne dans son entourage des personnes qui ne sont pas saines. Soit on ne réalise pas qu’ils peuvent être mauvais soit on leur trouve constamment des excuses. Quoi qu’il en soit il n’y a jamais rien de bon à s’entourer de relations toxiques. Car c’est ce qu’elles sont. La curiosité, la manipulation ou la jalousie sont trop souvent ce qui se cachent derrière ce que l’on croît être de la bienveillance et de l’intérêt. Petit à petit, ces personnes sous couvert de bonne volonté arrivent à détruire notre confiance en nous. Même si la prise de conscience se fait toujours un peu trop tard, lorsque le mal est fait il est important de trouver le courage de se défaire de ces gens-là et de s’y tenir.

Ne pas lutter pour ce qui est déjà mort :

Malheureusement, on est souvent tentés lorsque l’on a tenu à la personne de se battre et de pardonner l’impardonnable encore et encore. Mais l’issue est rarement favorable. On ne gagne qu’à s’épuiser et parfois s’acharner ne fait que détruire irrémédiablement une relation accompagnée d’un sentiment de haine quand elle aurait pu se terminer en douceur sans que cela n’altère les bons souvenirs que l’on lui doit. Même si c’est dur il vaut mieux lâcher prise et laisser les choses se faire naturellement plutôt que de forcer quelque chose qui ne doit plus être. D’ailleurs, toute relation qui demande un effort à un quelconque moment est de toute manière voué à l’échec. Tout doit aller de soi, quand cela devient une question d’effort le jeu est déjà tristement perdu d’avance.

Ne jamais oublier que tout le monde a le droit à sa chance :

Lorsque l’on a été trahi, on finit par se convaincre qu’il faut être méfiant pour ne pas se faire avoir par les autres. Il y a surement une part de vérité en cela, rien n’interdit d’être vigilant bien au contraire. Mais il ne faut jamais perdre foi en autrui, et toujours se dire qu’une personne que l’on rencontre est une entité à part entière et qu’elle ne doit ni souffrir des erreurs des autres ni être le sujet d’une première impression trop hâtive. On fait trop souvent payer à nos nouvelles connaissances, les notes salées du passé. Si la tentation est grande de juger au premier abord, il est important de ne jamais oublier comme l’on apprécie pas lorsque c’est nous même qui souffrons de celui-ci. Bien que les personnes ne changent jamais, et que la seconde chance est pour moi dérisoire.. La première se révèle pourtant non-négligeable. Choisissons de se laisser surprendre au lieu de se persuader que l’on est mieux seuls que mal accompagnés.

Ne jamais essayer de changer les autres :

On ne le dira jamais assez, il faut accepter les gens tels qu’ils sont ou choisir de se passer d’eux. Il n’y a aucune alternative possible. La seule personne que l’on peut changer avec succès c’est soi-même. D’ailleurs c’est déjà une entreprise bien difficile à gérer pour soi, alors comment voulez-vous y arriver avec autrui? C’est une perte de temps et d’énergie. Tout le monde n’a pas à aimer ce que vous appréciez, tout le monde ne peut pas penser comme vous sur tout. Bien sur c’est parfois irritant mais c’est aussi ce qui fait la magie des relations humaines finalement. Parfois on veut changer l’autre pour avoir le contrôle sur lui ou sur la relation. Parfois c’est aussi pour ne pas à avoir à se remettre en question soi-même de son côté. Dans tous les cas cela prouve bien qu’il y a un bug dans le système et que celui-ci ne tiendra pas la route bien longtemps. Il vaut mieux avoir le courage d’abandonner et attendre le mieux sans avoir à se contenter du pire.

Ne jamais oublier qu’il faut donner ce que l’on veut recevoir :

Bien sur qu’il y a – pardonnez moi – les baiseurs et les baisés et qu’il faut choisir son camp. Tout du moins en théorie, car en réalité le schéma n’est pas aussi simple d’application. Une fois les grands principes revus en boucle, on réalise vite que sur le papier il n’y a ni noir ni blanc, mais plutôt une multitude de nuances de gris avec lesquelles il faudra bien s’accommoder. On peut choisir de ne pas être le dindon de la farce sans avoir à être un monstre de haine qui marche sur les autres. On s’est souvent moqués de moi parce que je suis trop gentille, trop optimiste, trop naïve certains diraient même… Pourtant je continue de croire que le bon attire le bon… Qu’un compliment que l’on donne sans raison fait toujours du bien, que supporter notre entourage et les pousser à faire ce qu’ils aiment aide bien plus qu’accabler. On manque bien trop de positivisme, et il est important de tirer les gens vers le haut autant que possible comme on aurait tous aimé l’être à un moment de notre vie.

Ne jamais oublier que personne n’est parfait :

« Sois toi-même les autres sont tous déjà pris » à croire qu’Oscar Wilde avait tout compris. Personne n’est parfait et on s’use la vie parfois à essayer de rentrer dans un moule qui ne nous plaît pas juste pour convenir aux autres. La vie est bien trop courte pour jouer un rôle. Soyez ouvert et tolérant. C’est toujours difficile  à faire dans la vraie vie, et j’avoue avoir encore du mal mais se soumettre à l’éventuel regard des autres – car oui, gros scoop : les 3/4 s’en foutent en réalité – n’est jamais une bonne idée. Vivez pour vous-même, soyez heureux tels que vous êtes. Cultivez votre personnalité et n’oubliez jamais que la seule estime qui compte dans le fond est celle que vous vous faîtes de vous même. Cela doit passer avant tout le reste!

Ne jamais croire que la vengeance peut être la solution :

Attendre que la roue tourne n’est jamais une mince affaire et souvent la haine appelle à la haine. On maudit ceux qui nous font du mal et on prie dans notre coin pour que le karma fasse son œuvre. Il y a longtemps maintenant, j’ai lu dans un livre qui n’est autre que « Le Bouddha rebelle » une citation qui m’avait marqué et que je dis souvent à mes proches. Je défie ceux qui passeront par là d’ailleurs, de me soutenir que je ne leur en ai jamais fait part : « Être en colère ou jaloux, c’est boire le poison et attendre que l’autre meurt« . On dépense trop souvent de l’énergie pour des gens qui ne prennent pas le temps de penser ne serait-ce qu’une seule seconde à nous. Il est préférable d’apprendre à pardonner, lâcher prise et aller de l’avant. C’est le seul moyen de s’en sortir toujours gagnant.

Garder en tête qu’il faut dire ce que l’on pense et penser ce que l’on dit :

Avec le temps, j’ai compris que la violence verbale était constamment plus forte que la violence physique pour l’avoir vécu et pour l’avoir fait vivre sans grande fierté. Tout simplement parce qu’elle reste bien plus longtemps qu’un coup. Un mot que l’on emploie sans trop réfléchir, parfois sous le coup de la colère peut être à l’origine de peines intarissables pour celui qui en fait l’objet. Il faut alors toujours penser à ce que l’on dit et apprendre à saisir la portée de ses propos. Pour autant, en restant respectueux il est tout aussi important de dire ce que l’on pense. L’hypocrisie n’aide jamais à gagner la confiance et elle est à éviter lorsque l’on sait que l’on a souvent auprès de soi un entourage à son image.

Ne jamais oublier que la plus importante des relations  est celle que l’on a avec soi-même :

Les gens entrent et sortent dans nos vies qu’on le veuille ou non et la seule relation qui dure jusqu’à la mort c’est celle que l’on entretient avec soi-même. C’est pourquoi il est primordiale d’être un peu égoïste parfois. Même s’il est dur de se remettre en question, de se pousser à faire plus : tous ces efforts ne seront jamais vains. Le temps que vous emploierez à vous améliorer ne sera jamais perdu. Ne laissez personne vous tirer vers le bas ou vous dire ce qui est bon ou non pour vous. Il faut se prêter aux autres et se donner à soi-même seulement. Et cela indéfiniment.

soft-spleen-2

Publicités

M'écrire un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s