Pardonnez moi d’être mince |

Parce que bien des personnes considèrent que « j’ai de la chance » ou que « je veux me faire plaindre » quand j’en parle je n’ai jamais réellement évoquer mon poids et le complexe qu’il représente à mes yeux. Quand on a de la chance, on se tait et on se contente de ce que l’on a. C’est bien connu. Seulement voilà, ce luxe d’être mince n’a jamais été le mien : je ne l’ai pas vécu comme tel, je ne l’ai en aucun cas désiré et je ne m’en suis jamais réjouie. Depuis toute petite, j’ai pris l’habitude de me voir affublée de surnoms très sympathiques allant de « fil de fer » à « skelettor » en passant par « le cure dent » et j’en omet des meilleurs. J’ai souffert des réflexions puériles des autres pendant des années et je me suis consolée en me persuadant qu’en grandissant tout irait mieux. J’ai osé croire que les adultes pouvaient être plus tendres et plus conscients des mots qu’ils adressent aux autres et de leurs portées. J’ai à tort penser qu’arrivée à mon âge, la maturité serait d’actualité. Je me suis trompée

Pas plus tard qu’hier, j’ai innocemment posté une photo de ma personne en robe sur mon compte Instagram. Pas spécialement courte, pas particulièrement moulante. Juste une robe, partagée pour mon plaisir personnel avant tout. S’en est suivi quelques commentaires : des adorables et des moins bienveillants: « tu es anorexique? » , « faut arrêter de manger des graines » , « comme quoi les sacs d’os c’est pas sexy » . Mot pour mot, sans mentir. J’ai choisi de les supprimer tout simplement en conservant mon post n’ayant pas à me priver pour les autres non plus. On est venu me reprocher « de ne pas supporter la critique »  et de garder que les commentaires positifs à mon égard. Il se trouve que je justifie ma démarche par le simple fait qu’à mon sens ce n’était pas une critique constructive mais exclusivement de la méchanceté gratuite et je n’ai pas envie d’avoir sous les yeux des remarques blessantes. Car c’est le mot, j’ai été blessée. Je me suis sentie comme la gamine mal dans sa peau que j’étais il y a 10 ans. Et bien que mes proches m’aient tous conseillés de ne pas accorder de crédit à ces personnes là et de ne pas me soucier de ce que pensent les autres, j’ai tout de même choisi de m’octroyer un droit de réponse. J’aimerai une bonne fois pour toutes mettre certaines choses aux claires, noir sur blanc. Vider le sac d’os.

skinny4

J’ai 23 ans, je pèse 56 kilos pour 1m83. Je suis mince, maigre, chétive, fluette, émaciée, squelettique ; appelez cela comme vous le voulez de toute façon. Je suis née de la sorte et je vais surement mourir pareille. Ma morphologie est ainsi faite, je n’ai actuellement aucun problème avec la nourriture. Je mange à ma faim et sans pour autant grossir – non non, c’est pas forcément cool malgré les idées reçues – et j’ai toujours eu ce physique là même lorsque je n’étais pas végétarienne. Je n’entretiens pas un culte de la minceur, je ne cours pas après ça. Je ne suis pas anorexique ou boulimique. Ça c’est dit.

Et quand bien même le serai-je, l’aurai-je été, cela ne donnerait à personne le droit de m’en parler sans que je ne le demande. Je ne dis pas ça à mal mais soyons honnêtes… Les 3/4 des commentaires négatifs que l’on peut voir sur internet n’oseraient jamais être dit dans la vraie vie. Ce n’est pas parce que j’expose certaines choses sur les réseaux sociaux que cela permet à tous d’y aller de sa petite réflexion sans se soucier du bon sens. Est-ce que vous commenteriez une photo d’une personne laide pour lui dire «  t’es moche ?  » . Est-ce que vous traverseriez la rue pour demander à une personne bien portante « pourquoi t’es grosse? » . En quoi parler à une personne mince de son physique serait plus acceptable ou moins amoral? Si demain, j’allais critiquer une personne forte, je me ferai attaquer de tous les côtés et je passerai pour une personne abjecte : ce qui serait normal. Mais si l’inverse se produisait, comme hier, personne ne réagirait. Parce que je suis maigre et que je l’ai forcément voulu. Qu’il ne faut pas que je tienne compte de ce que les gens disent. Mais, ce n’est pas à moi de ne pas écouter c’est à eux de se taire. Le fond même de cette question et sa réponse c’est qu’en réalité on ne devrait jamais se permettre d’attaquer quelqu’un sur son physique. Par éducation, par respect, par déférence. Parce que l’on ne sait jamais réellement ce qu’il en est pour la personne en face de nous. Et si elle était vraiment malade? Anorexique, boulimique ou obèse? Et si je lui faisais ouvertement du mal en pointant du doigt ce qui le ronge déjà assez de l’intérieur ? Ah si certains d’entre nous avaient un cœur, s’ils se posaient ses questions : on serait tous déjà un peu mieux dans nos pompes.

ydlm2

Il y a quelques années tu avais « le corps parfait » si tu étais skinny comme Kate Moss, aujourd’hui une « vraie femme » est celle qui a des courbes et des formes à la Kim Kardashian. C’est un peu au petit bonheur la chance, t’attends de connaître la dernière tendance et t’espères être du bon côté de la barrière. Ou mieux encore, t’es surement mince pour être comme les mannequins dans les magazines, ça ne peut être que ton but et t’es forcément accusée puisque ce n’est pas ça le monde réel, la vraie beauté ce sont des femmes avec des rondeurs qui servent à réchauffer les cœurs – référence musicale somme toute douteuse – En attendant, scoop ! Le corps parfait n’existe pas, pourquoi vouloir imposer des standards? Pourquoi coller des étiquettes aux gens? Pourquoi ne pas laisser mon corps n’être juste qu’un corps? Alors comme celui-ci ne colle pas aux critères imposés, je devrais me confondre en excuse, on me fait me sentir coupable et mal à l’aise. Je dois 90% de mes complexes à toutes ces critiques et ces mentalités auxquelles je suis confrontée depuis toujours. Aucun magazine, aucune mode, aucun programme télé ne devrait dicter ce qui est beau ou non.

Au fond, la prochaine fois que vous croisez quelqu’un dîtes lui quelque chose de gentil, faîtes lui un compliment. Il en aura surement plus besoin que se prendre des remarques désagréables. La prochaine fois que vous croisez une personne mince, ce n’est pas la peine de lui faire remarquer. Ok, elle a peut-être moins de kilos mais elle a surement deux yeux comme vous : et si vous pouvez voir qu’elle est maigre, elle aussi l’a vu. Elle le sait déjà et devinez quoi elle vit avec tous les jours : pourquoi ne pas en faire autant de votre côté? Acceptez les autres comme ils sont – on vous demande pas de les aimer – c’est les aider à s’accepter eux-même. Et ce qui est vraiment beau, ce qui est vraiment sexy c’est quelqu’un bien dans sa peau. Rien de plus. On ne gagne jamais rien à être méchant, on est pas plus fort en étant médisant ou en écrasant les gens. Vous n’avez rien à prouver et les autres ne vous doivent rien. Jamais. Alors peut-être que je suis naïve et que mon message aujourd’hui est trop niais pour ce monde mais c’est tout ce que j’ai à répondre aux trolls comme ceux d’hier. C’est tout ce que je veux répondre et il y a qu’en ça que je veux croire.

soft-spleen-2

M'écrire un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s